facebook

instagram

Du lundi au samedi : de 8h à 12h et de 14h à 18h
04 48 20 03 33
>
logo-Le Jardin d'Olympe

CEDRE

Reference - 851002150
Note moyenne : 0 avis
En stock
J'ai vu ce produit moins cher ailleurs !
Description
En savoir plus
Notes et avis
Symbole de majesté et de longévité, le cèdre est toujours très décoratif grâce à son feuillage persistant. Son port et sa taille varient en fonction des variétés, lui permettant de s’adapter à tous les jardins !
Arrosage : Faible
Composition du sol : Sol calcaire, sableux, caillouteux. Sol sec.
Couleur des fleurs : vertes
Exposition : Soleil
Feuillage : Persistant
Hauteur à maturité :1 à +10 mètres
Niveau de sol : Facile
Origine : originaire du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et de l'Himalaya, acclimaté en Europe
Période de floraison : septembre à octobre
Période de plantation : mars, avril et octobre, novembre, décembre
pH du sol : Neutre, acide
Résistance au froid : -15°C
Rusticité : Rustique, semi-rustique
Saison d'intérêt :
Type : Vivace
Utilisation en Jardin : Balcon, terrasse, couvre sol, massif, bordure, plantation isolée, rocaille.
Utilisation pour la maison :
Zone Climatique : Océanique, semi océanique, méditerranéen
Retour en haut
Description
En savoir plus
Notes et avis
Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour leur symbolique et l'imputrescibilité de leur bois qui lui permet de défier le temps. D'où l'usage de ce bois également en construction navale ou en bois de charpente, en ébénisterie ainsi qu'en artisanat et bien sûr en bois de chauffage. Le bois odorant du cèdre et sa résine ont eu un usage médicinal exploitant leurs vertus diurétiques, antiseptiques et sudorifiques sous diverses formes (huile essentielle, alcoolat, etc.). Pour la parfumerie, on extrait du bois odorant et des aiguilles une huile essentielle et une résine. Les aiguilles ont aussi servi à nourrir les animaux tels que les chèvres. En France, le cèdre de l'Atlas a été largement employé au milieu du XIXe siècle pour reboiser certaines crêtes et pentes du Lubéron, du Ventoux, de l'Aigoual, du Lauragais, où ils constituent aujourd'hui des peuplements remarquablement bien adaptés.Dans leurs milieux naturels, les cèdres du genre Cedrus sont, sauf pour celui de Chypre, de grands arbres à feuillage persistant et au port caractéristique. Âgés, ils prennent un port déployé de parasol au sommet, particulièrement pour le cèdre du Liban et de l'Atlas. Seul le cèdre de L'Himalaya conserve un port pyramidal. Dans des conditions favorables, ils peuvent vivre plusieurs siècles et on connaît même quelques cèdres du Liban plurimillénaires. Ils peuvent atteindre couramment des tailles de 20 à 60 m pour les plus hauts selon les espèces. En Europe, ils ont des tailles plus modestes de 20 à 30 m. Leurs branches étagées s'étalent horizontalement ou légèrement ascendantes (sauf pour les variétés pleureuses). Les feuilles sont des aiguilles assez courtes regroupées en rosettes denses sur des rameaux assez courts, garnissant entièrement les branches pour les cèdres du Liban et de Chypre. Chez le cèdre de l'Atlas, elles sont vert-bleuté et longues de 3 cm. Sur les jeunes pousses, elles sont solitaires mais se regroupent en bouquets sur les rameaux dès la deuxième année. Les fruits sont des cônes dressés, femelles et mâles, portés par un même arbre (espèces monoïques). Les fleurs mâles réunies en chatons aux extrémités des branches libèrent leurs pollens dès octobre. Les fleurs femelles apparaissent uniquement en sommet de l'arbre en gros cônes verts-pourpres dressés d'environ 10 cm. Ils deviennent ensuite bruns et libèrent leurs graines sur plusieurs mois au bout de 2 ans en s'écaillant. Les graines sont petites, triangulaires et brunes mesurant entre 5 mm et 1 cm de longueur. Arbre d'ornement majestueux, le cèdre est mis en valeur par une situation isolée au centre d'un vaste espace. Mais son port spectaculaire et sa longévité en font aussi un sujet de culture passionnant et apprécié par les amateurs de bonsaï. Outre son usage décoratif, le cèdre a très tôt été ut
Retour en haut
Description
En savoir plus
Notes et avis

Avis des internautes sur CEDRE (0 avis)

pixel_trans
Il n'y a actuellement aucun avis pour cet article, soyez le premier à donner le votre.
pixel_trans
pixel_trans
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
De la même catégorie