facebook

instagram

Du lundi au samedi : de 8h à 12h et de 14h à 18h
04 48 20 03 33
>
logo-Le Jardin d'Olympe

ABRICOTIER

Reference - 851002515

PRUNUS ARMENIACA

Note moyenne : 0 avis
En stock
J'ai vu ce produit moins cher ailleurs !
Description
En savoir plus
Notes et avis

Pour s'épanouir, l'abricotier demande du plein air, une terre bien drainée et la générosité du soleil. Ses fleurs laissent place à des fruits sucrés, légèrement acidulés. Résistant à la sécheresse, l'abricotier est assez facile à vivre.
Arrosage : Faible
Composition du sol : Sol calcaire, sableux, caillouteux. Sol drainé, sol sec.
Couleur des fleurs : Rose
Exposition : Soleil
Feuillage : Caduc
Hauteur à maturité :2 à 10 mètres
Niveau de sol : Facile
Origine : Asie centrale
Période de floraison : Février à avril
Période de plantation : Février à avril et octobre à novembre
pH du sol : Neutre
Résistance au froid : -20°C
Rusticité : Fragile,
Saison d'intérêt :
Type : Vivace
Utilisation en Jardin : Balcon, terrasse, bosquet, plantation isolée.
Utilisation pour la maison :
Zone Climatique : Continental, méditerranéen.

Retour en haut
Description
En savoir plus
Notes et avis

De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.De la famille des Rosacées, le Prunus armeniaca est originaire d'Asie centrale. Les Romains le découvrirent en Arménie. Il sera plus tard, dès la Renaissance, introduit en France. À Versailles, le jardinier de Louis XIV plante des abricotiers dont le fruit est très apprécié. Mais il faut attendre le XVIIIe siècle, pour le voir se développer à plus grande échelle. Par sa floraison rosée précoce succédant à celle de l'amandier et par son élégance du printemps jusqu'à l'automne, l'abricotier illumine le verger. Au port naturellement étalé, l'abricotier dépasse rarement les 6 m de hauteur. Sa longévité est comprise entre 40 et 45 ans. Trois ou quatre années après sa plantation, il peut donner des fruits. Aujourd'hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s'adaptent bien au climat, notamment au climat méditerranéen. Pouvant résister à des températures très basses en période hivernale (-25°C pour certaines variétés), on le retrouve volontiers dans des régions situées au nord de la Loire avec une récolte cependant plus aléatoire sur des variétés à floraison tardive.

Retour en haut
Description
En savoir plus
Notes et avis

Avis des internautes sur ABRICOTIER (0 avis)

pixel_trans
Il n'y a actuellement aucun avis pour cet article, soyez le premier à donner le votre.
pixel_trans
pixel_trans
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
De la même catégorie